facebook contacts

Anthony Anciaux

Anthony a étudié les sciences politiques et la sociologie à l’université de Bruxelles. Il s’est formé à la photographie lors de workshops à Arles et à l’école de La Louvière avec Véronique Vercheval et Alain Breyer. Il documente avec beaucoup de tendresse les incursions de nos rêves américains dans le folklore et la culture populaire Wallonne.

"Grâce à mon appareil photo, j’explore la Wallifornie, ce territoire qui s’étend de la Wallonie jusqu’aux frontières de notre imaginaire."

Anne-Sophie Costenoble

Après des études de kinésithérapie et d’histoire de l’art, Anne-Sophie Costenoble découvre la pratique photographique lentement en découvrant le monde. La fréquentation d’ateliers de photographie, les rencontres amènent son travail à prendre une forme narrative et poétique.

« La photographie m’invite à être attentive et me permet d’appréhender le monde. Je me laisse guider par l’intuition à la recherche d’une intensité émotionnelle. Comme les mots sur les pages d’un livre, les images se mettent à vivre leur propre vie. Un récit prend forme. »

Laure Geerts

Née en 1978 à Oupeye, Laure étudie les sciences commerciales à l’ICHEC à Bruxelles. Elle travaille depuis plusieurs années dans le marketing lorsqu’elle découvre la photographie à l’atelier Contraste. Elle réalise vite que l’appareil photo lui permet d’approcher des milieux et des personnes qu’elle n’aurait jamais osé aborder autrement. Elle décide alors d’exploiter à plein temps l’écriture photographique, particulièrement celle du documentaire centré sur l’humain.

"La photographie est pour moi prétexte à la rencontre, un moyen de porter un regard sur certains mondes fermés et de les comprendre pour en révéler la fragile complexité."

Hector Martin Moreno

Né en 1974 à Palencia en Espagne, Hector étudie l’économie à Valladolid puis travaille pendant dix ans comme comptable à Madrid et Bruxelles. II commence la photographie lors d’un séjour en Ouganda pour la Maison des Enfants du Monde, petite ONG qu’il a créée avec quelques amis venant en aide aux enfants des rues de Kampala. De retour à Bruxelles, il suit les cours de l’atelier Contraste et se lance comme photographe. Réservoir infini d’expressions des diversités, la rue devient son terrain de prédilection pour observer les comportements humains.

"Observer, admirer, douter, patienter, questionner, sentir cette émotion qui te pousse à vouloir tout condenser en un seul instant qui n’existe plus..."

Marie Ozanne

Née à Orléans en 1980, Marie étudie à l’Institut d’Etudes Politiques de Lille. La photographie lui apparaît alors comme une voix évidente pour combiner sa sensibilité artistique à l’exploration du monde social. Après une année à l’atelier de photographie Contraste, elle se spécialise en sciences de l’art. Son goût pour la découverte de différents horizons l’amène à photographier et enseigner la photographie dans différents pays, notamment au Mexique. Installée à Bruxelles, elle explore aujourd’hui une photographie aux lisières de la mise en scène et poursuit dans l’enseignement.

"La photographie m’aide à dessiner les contours du réel pour en décrypter le sens, elle révèle l’étrangeté du monde et de l’existence."

Stéphanie Pety de Thozée

Née à Liège en 1978, Stéphanie s’installe à Bruxelles pour suivre des études d’institutrice primaire. Après quelques années d’expérience dont une au Mali, l’envie de rencontres et de voyages l’amène à quitter son poste. Elle retourne en Afrique de l’Ouest pour réaliser un premier projet photographique sur le travail des femmes. C’est ensuite à l’atelier Contraste à Bruxelles qu’elle explore en profondeur le langage photographique. L’envie de s’investir dans un milieu pour le comprendre la pousse à mêler ses photographies au travail de son et d’écriture de Catherine Lievens pour leur projet commun sur le travail des femmes, « Mùso Baara ». Aujourd’hui, elle gère à Bruxelles la galerie ikono dédiée à la photographie.

"Prendre un appareil photographique en main, c’est ouvrir un possible espace de communication, de rencontre… ici et ailleurs."

Anne Ransquin

Anne Ransquin, photographe du collectif belge Caravane, nous a quittés le 13 août 2013 à l’âge de 39 ans.

Grande voyageuse et tisseuse d’amitiés, son travail photographique est né de sa soif inaltérable de découvertes et de rencontres. Au cours des deux dernières années marquées par le deuil et la maladie, la photographie est devenue pour elle un véritable moyen d’exprimer son combat pour la vie et son amour inconditionnel pour les êtres qui l’entourent. Son travail « collige rosas » nous livre un témoignage intime et poignant qui évoque avec pudeur les difficultés et les espoirs qui ont jalonné son quotidien. Ses images nous font part de son rapport si intense au monde et sont, d’après ses mots, «autant de cailloux en poche que l’on sème en chemin ou qu’on garde précieusement ».

Le courage et la force d’Anne ont profondément marqué son entourage, ses amis, sa famille et son conjoint, le photographe Jorge Luis Alvarez Pupo.